Au cours des 10 dernières années, dans les quartiers historiques de Québec, on a démoli des lieux de culte, dont l'église Saint-Vincent de Paul. Tout ça dans l'indifférence quasi générale.

Église Saint-Vincent-de-Paul: un vide à combler

L'attente d'un projet concret sur le site de l'ancienne église Saint-Vincent-de-Paul dans la côte d'Abraham est un exercice pour déterminer le seuil de tolérance de la Ville. Les années passent et aucun projet ne réussit à prendre racine. Pourtant, le promoteur immobilier avait inscrit sa compagnie Les immeubles Jacques Robitaille inc. en vue d'obtenir un permis de construction et d'occupation pour permettre l'érection d'un projet mixte d'hôtel et d'unités d'habitation, en vertu de la réglementation municipale en vigueur. Mais le vide demeure.
Ce dossier prend malheureusement la route de la vengeance et de la bataille juridique. Nous sommes loin du terreau fertile à la réalisation heureuse. N'oublions pas que la Ville aura toujours le pouvoir de taxer un terrain vacant et, en dernier recours, l'expropriation. Ajoutons que le promoteur est également propriétaire d'une station d'essence abandonnée dans la côte d'Abraham à quelques pas. Dans un autre dossier similaire, le cas de l'église Saint-Coeur-de-Marie suivra, j'espère!
Michel Beaumont, Québec