Égalité de traitement

Des médecins en ont assez de faire les manchettes avec leur salaire sans qu’on souligne au passage leur professionnalisme et leur dévouement. On peut les comprendre. Ils ont travaillé très fort pour en arriver là où ils sont. Ils n’ont pas volé leur place. Il est bien malvenu de les critiquer personnellement.

Malgré tout, une fois la reconnaissance accordée, le public n’a pas tort d’éprouver l’impression qu’ils ont été choyés par le système actuel pendant que la majorité, elle, a dû faire des sacrifices. Pensons seulement au monde de l’éducation, aux malades et aux autres travailleurs de la santé. Je demeure convaincu que c’est cette inégalité de traitement qui constitue le fond de la hargne, bien plus que les salaires élevés, même si parfois on peut sourciller : «174 médecins ont facturé plus d’un million de dollars à l’État en 2014» (L’Actualité, 9 décembre 2015). Il n’y aurait pas grand monde qui s’offusquerait si tout le monde avait obtenu sa juste part. Or, ce n’est pas le cas.

Le malaise est même ressenti par le regroupement des Médecins québécois pour le régime public (MQRP). Ce regroupement a lancé une pétition dénonçant les récentes hausses de rémunération négociées par leurs fédérations médicales. Ils sont maintenant 900 à l’avoir signée.

C’est ce qui est choquant : voir le gouvernement actuel contribuer grandement à creuser les inégalités sociales.

René Bolduc, Québec