Le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux

Économies de bouts de chandelles

Le ministre Jean-Marc Fournier a déclaré récemment que le gouvernement Couillard doit «faire des choix plus judicieux». Venant d'un conseiller important du premier ministre, on peut espérer que ces paroles décideront ce dernier à intervenir auprès du président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, afin de provoquer des changements dans la gouverne de l'État.
Il était temps qu'on intervienne au gouvernement pour y faire cesser les errements du régime. Déranger l'ordre social pour ne réaliser que des économies de bouts de chandelles n'est pas à la hauteur de la fonction que M. Coiteux occupe. D'ailleurs, certaines politiques auxquelles il consent afin de réduire les dépenses risquent d'être futiles parce qu'elles engendreront des dépenses de fonctionnement importantes. Ce pourrait être le cas des établissements scolaires situés très loin des nouvelles commissions scolaires fusionnées. On n'atteindra pas l'objectif et cela finira par annuler les économies. 
Autrement dit, au Conseil du Trésor, on devrait éviter de faire des compressions qui ne consistent qu'à changer quatre trente sous pour une piastre.
Jean-Marie Desgagné, Québec