Gary Bettman n'a pas voulu confirmer les rumeurs d'une éventuelle expansion dans son circuit, se contentant d'affirmer qu'il était bien au courant de l'évolution des candidatures concernant les villes de Las Vegas et Seattle, sans jamais nommer Québec.

Éclairez-nous!

À vous, journalistes, dont la voix et les écrits ont de l'impact et dont le talent se manifeste par votre habilité à décoder l'information la plus secrète; éclairez-nous, peuple encore à genoux! Nous avons toujours ce réflexe profond de la résignation propre au porteur d'eau.
Notre hockey est entre les mains d'un Gary Bettman incarnant l'image d'un maître qui aime se faire vénérer et qui éprouve une vicieuse joie à faire souffrir la «Nordique nation». Il le sait notre amour du hockey est incommensurable. Les processions et les pèlerinages, on connaît ça. En nous habite cette foi naïve en l'impossible. Lorsque nous réclamons le retour des Nordiques, nous empruntons la ferveur de ces prières d'autrefois empreintes de vibrantes demandes. Et vous, journalistes, devant tant de pathétiques débordements de notre part vous devez faire plus qu'emprunter la voie du silence de Régis Labeaume et de ceux qui travaillent fort pour actualiser le miracle; éclairez-nous!
Notre amphithéâtre érigé selon un plan financier payant, pour reprendre les mots de notre maire, répond aux exigences de Gary au sourire énigmatique et aux propos aussi ténébreux qu'un pontife. Ce temple sera-t-il seulement lieu de patinage libre ou de quelques rassemblements festifs? Gary Bettman ne doit pas être bousculé, dit-on. Mais la patience du peuple a des limites... C'est quoi, le vrai problème?
Douglas Beauchamp
Québec