Du lait, des pommes et des oranges

Dans une note de L'Institut économique de Montréal, Vincent Geloso et Alexandre Moreau reprennent l'idée que la gestion de l'offre doit être abolie. Ils y évoquent la possibilité que le prix du lait passe de 4,93 $ à 2,08 $ pour deux litres de lait, sur la base d'une comparaison avec le prix aux États-Unis. Leurs sources de données sont respectivement Statistique Canada et le Bureau of Labor Statistics. 
Dans une note de L'Institut économique de Montréal, Vincent Geloso et Alexandre Moreau reprennent l'idée que la gestion de l'offre doit être abolie. Ils y évoquent la possibilité que le prix du lait passe de 4,93 $ à 2,08 $ pour deux litres de lait, sur la base d'une comparaison avec le prix aux États-Unis. Leurs sources de données sont respectivement Statistique Canada et le Bureau of Labor Statistics. 
Petit détail négligé, le prix canadien est basé sur un contenant de un litre, le format le plus cher sur le marché. Aux États-Unis par contre, il s'agit du contenant de un gallon (3,8 litres), le moins cher sur le marché. Bref, leur analyse, basée sur une fausse prémisse, conduit donc à une fausse promesse de baisse des prix.
De fait, d'avril 2016 à mars 2017, la période retenue dans leur analyse, le prix du litre de lait au consommateur en dollar canadien, basé sur des formats comparables et sur l'épicerie en ligne, était de 1,58 $/litre à Québec contre 1,50 $/litre à Washington. Grosse économie en vue!
Daniel-Mercier Gouin, agroéconomiste, Université Laval
***
Un humain et ses amis
Bonne nouvelle et surprise à la fois: Philippe Couillard aurait un côté humain. C'est ce qui explique, selon le premier ministre, le courriel de compassion adressé à Marc-Yvan Côté. Quoi de plus noble et généreux en effet qu'une affectueuse présence quand un ami est en difficulté. Toutefois, si l'on en croit le vieil adage : «Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es», le cercle d'amis de Philippe Couillard nous en révèle plus sur la vraie nature du premier ministre que son humanisme apparent... 
Jean-Paul Plante, La Malbaie
***
Pourquoi je vous croirais?
Comment faire pour croire le premier ministre quand il dit qu'il n'est plus en relation avec M. Marc-Yvan Côté, ce collecteur sans scrupule? N'a-t-il pas dit la même chose une première fois pour soudain se rappeler qu'il lui a donné un droit de parole et de lui offrir l'hospitalité? N'a-t-il pas eu le même genre de commentaire il y a quelques années avec son autre ami, M. Arthur Porter? Quand un homme veut et aime le pouvoir, rien ne le retient.
Claude Moisan, Cap-Santé