Un des cocktails bonbons et alcool qui seront offert dès le 23 novembre au nouveau bar La Distributrice qui est situé dans une section du Pub universitaire.

Du drame au virage bonbon

L'édition de jeudi du Soleil titrait à la une : drame de l'obésité. Celle du lendemain : «Virage bonbon au Pub de l'Université Laval». C'est bien là le drame de notre société.
Présenter une journée l'effet désastreux de certains choix sur la santé et le lendemain, en faire l'apologie pour rafraîchir une image et attirer une nouvelle clientèle. Le choix de ce pub n'est pas anodin, il est situé sur le site du haut lieu du savoir, de la connaissance et de la prise de décision réfléchie et éclairée. À deux pas de la Faculté de médecine. 
L'obésité n'est pas anodine non plus. Elle est le principal facteur de risque du diabète de type 2 qui lui, cause quatre fois plus de risques de souffrir de maladie cardiaque. Dans les régions de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, le diabète touche plus de 75 000 personnes. Au Québec, plus de 830 000 personnes seraient diabétiques (10 % de la population), parmi lesquelles près de 250 000 ignorent encore leur état. Cela représente un fardeau économique estimé à 3 milliards $ par année au Québec en coûts directs et indirects.
Sur un campus universitaire, le drame de l'obésité devrait être une préoccupation de tous les jours plutôt que de laisser libre cours à un virage bonbon pour attirer une nouvelle clientèle de futurs obèses, diabétiques, cardiaques et... défunts.
Johanne Elsener, Québec