Du bonheur dans l'eau

En réaction au texte «Jeunes autistes 160 fois plus à risque de noyade» paru le 24 mai
L'été dernier, dans la piscine familiale, le visage de mon fils autiste de sept ans était radieux, lorsque nous étions sous l'eau lui et moi, avec nos lunettes de plongée. Je peux vous dire que ces enfants TSA sont «tellement bien et heureux» dans l'eau! Je n'ai jamais vu sur mon fils un visage si heureux, paisible et souriant qui semblait vouloir me dire : «Maman, je suis bien sous l'eau. C'est calme, doux et beau!» Ses yeux étaient tellement brillants. 
Mon fils a appris à nager seul à cinq ans par lui-même, par imitation de ce que nous faisions. Nous avons tout de même inscrit ce dernier à des cours de natation au PEPS. 
Mais il y avait beaucoup trop de bruit et trop d'élèves dans le cours. Cela n'a rien donné. Nous nous sommes donc tournés vers le privé qui coûte plus cher. Victor peut passer des heures et des journées dans la piscine, toujours avec surveillance bien sûr. Il y est bien!
Marie Julie Paradis, Étudiante au Certificat en TSA à l'UQAR, Boischatel