C'est à la place de Paris, dans le Vieux-Port, que Dialogue avec l'histoire, une oeuvre faite de marbre blanc, avait été construite.

Dialogue avec l'histoire

J'avais été choquée, en juin 2015, de la destruction de l'oeuvre, un geste primitif en ce qui me concerne. Je constate la volonté de certains de nous la restituer, ce qui corrigerait l'offense faite à son créateur, et à nous qui aimons l'art. À mon arrivée à Québec, c'est cette oeuvre qui m'a accueillie le plus fortement, j'en saisissais le sens, la puissance d'évocation.
Le choix de son emplacement était idéal en ce qu'il soulignait l'arrivée des premiers colons (tout près du fleuve) et nous invitait à regarder vers le haut, la ville, ce qu'elle était devenue au fil des siècles. C'est sur ce même emplacement que devrait être installée l'oeuvre recréée. Au pire, devant le Musée de la civilisation (plus proche de l'art moderne), mais certainement pas au Musée national des beaux-arts du Québec, dont la vocation est tout autre.
Thérèse SimardQuébec