Deux poids, deux mesures

Dans la même fin de semaine, on apprend, d'une part, qu'on augmente le salaire minimum de 20 ¢ l'heure pour le rendre à 10,75 $, soit une augmentation en pourcentage de 1,9 %.
D'autre part, deux dirigeants de Bombardier, entreprise qui vient de recevoir plus d'un milliard de dollars de nos impôts, se partagent plus de 10 millions $ dans le même exercice financier, soit une augmentation de 50 %.
Comment fait-on pour concilier ces deux informations à des années-lumière l'une de l'autre? Jusqu'à quand pourra-t-on supporter pareille injustice? Oui à une subvention pour soutenir une grande entreprise en difficulté temporaire, mais non à ce que ses dirigeants font d'une partie importante de cette subvention!
Michel Laberge, Québec