Deux poids, deux mesures...

Peut-on me faire la différence entre Pauline Marois et Rob Nicholson? Ces deux personnes sont unilingues, francophone et anglophone.
Elle, ex-première ministre du Québec et lui, ministre de la Diplomatie canadienne. Nous avons accepté que madame devienne première ministre sans nous préoccuper qu'elle soit unilingue et qu'elle ait à se faire comprendre dans les différentes rencontres liées à sa tâche de par le monde.
Quant à M. Nicholson, aussi unilingue, combien de reproches lui fait-on un peu partout du fait qu'il ne parle que l'anglais? N'est-ce pas deux poids, deux mesures?
Je ne veux pas parler de partisanerie, les deux cas ne sont pas normaux. Je constate tout de même que plusieurs de nos amis anglophones ont fait des efforts pour apprendre la langue seconde qui leur manquait pour répondre à leurs fonctions de ministre. Mme Diane Finley et combien d'autres? Laissons donc la chance au coureur de se perfectionner et de nous épater.
Gilles Déry, L'Ancienne-Lorette