La scène surréaliste s'est déroulée au milieu de l'Atlantique entre Noël et le jour de l'An, où les deux militaires se sont liés d'amitié malgré le conflit qui les forçait à se détester.

Deux cousins, deux marins, deux destins

En décembre, on a souligné le 70e  anniversaire du geste de Stanislas Déry, qui, durant la Seconde Guerre mondiale, a fait stopper la frégate qu'il commandait pour secourir les marins allemands d'un sous-marin qui venait d'être coulé. Stanislas était le cousin germain de mon père.
Pendant la même guerre, sur le même océan, un de mes cousins germains, celui-là du côté de ma mère, Raymond Bernier, issu d'une famille de navigateurs, a péri lorsque son navire fut coulé par les Allemands. Il avait 21 ans.
Le Musée naval de Québec rappelle le premier, qui porte son nom. Le monument sculpté par Hunter, dans le Vieux-Port de Québec, dédié aux jeunes de la marine marchande tués pendant la guerre, rappelle le second. Le nom de Raymond y est inscrit.
Michel Leclerc, Québec