Des restaurants «suspects»?

On accuse souvent les taxes municipales pour les problèmes financiers des restaurants haut de gamme de Québec mais comment se fait-il que ce soient les plus «chics» qui écopent?
La chose me paraît évidente : il s'agit du ressac causé par la commission Charbonneau. Les repas d'affaires sont devenus suspects et les entreprises y pensent à deux fois avant d'emmener leurs clients gouvernementaux au restaurant. Chez les hauts fonctionnaires également, on doit de plus en plus «apporter son lunch» au lieu de choisir le «chanceux» parmi les fournisseurs qui aura l'occasion de les inviter et payer le repas bien arrosé.
Est-ce que ça reviendra comme avant? Pas avant un bout de temps, c'est certain, mais les affaires doivent se poursuivre, reste juste aux entreprises et aux fonctionnaires à s'adapter au changement. Pour l'instant, c'est le régime sec!
André Verville, Lévis