Des règlements de construction à l’application privilégiée ou inconstante

OPINION / L’article du mardi 6 février de Jonathan Custeau concernant les logements pour aînés m’a accroché. J’ai réalisé à quel point peut changer l’application ou l’interprétation des règlements de construction d’un projet à l’autre au sein de la ville de Sherbrooke. Je fus très surpris de prendre connaissance des éléments dérogatoires attribués au projet du coin de Galt et Bowen. Certains détails du projet VÜ m’ayant intrigué dans le temps, considérant justement ces points mentionnés dans l’article.

En effet, l’espace occupé aujourd’hui par le VÜ appartenait à la société propriétaire des appartements Haute-Rive et servait en grande partie de stationnement aux résidents de Haute-Rive. Toute la configuration du stationnement a dû être modifiée, tout comme le cercle de circulation donnant accès à l’entrée principale du Haute-Rive, servant également d’espace réservé au Service de protection incendie en cas de conflagration afin d’approcher les deux tours avec le camion échelle nécessaire à atteindre le dixième étage. Maintenant, le gros camion grande-échelle ne peut tourner pour se rendre aux édifices sans que soient déplacées au préalable les véhicules des résidents concernés.

Alors que la division du terrain des Sœurs de la Charité du coin Galt et Bowen semble problématique, celui de la société Haute-Rive ne semble pas avoir été un obstacle. Comme c’est le cas pour le projet Galt et Bowen, le Haute-Rive devenait dérogatoire, ayant dix étages et se retrouvant situé à environ 10 mètres de sa ligne de terrain Nord. Très loin de la distance identique à sa hauteur, dix étages, de la ligne de lot tel que mentionné.

Vincent Boutin, président du comité d’urbanisme, mentionne au journaliste Custeau que « parmi les stationnements projetés, celui en façade ne respecte pas non plus la règlementation en vigueur. Pour les habitations de plus de huit logements, les stationnements en marge avant ou en cour avant ne sont pas autorisés. Pourtant, le service des permis de la Ville de Sherbrooke a bel et bien accepté le stationnement du VÜ en avant, tout comme ils ont accepté par ricochet que celui du Haute-Rive le devienne également.

De plus, dans le cas du VÜ, la Ville a accepté la construction d’un édifice d’habitation de 250 logements, sur 12 étages, disposant de stationnements intérieurs réservés aux résidents, mais d’environ huit espaces de stationnements extérieurs pour les travailleurs et les visiteurs des résidents. C’est ainsi que les visiteurs des résidents du VÜ doivent stationner le long du côté ouest de la rue Bellevue, au malheur des propriétaires de cette rue, ou aller occuper des espaces de la Place Jacques-Cartier.
                       
Il est donc à souhaiter que nos élus feront preuve d’ouverture en acceptant des dérogations aux règlements pour le projet Galt et Bowen, au bénéfice des aînés, comme ils l’ont fait dans le cas du VÜ, et cela, sans entraver la sécurité des citoyens comme ils l’ont fait dans le cas du VÜ et conséquemment du Haute-Rive.      

Denis J. Dubois
Sherbrooke