Des ordres en désordre

J'ai très hâte de voir la loi sur les ordres professionnels remise en question. Ces ordres agissent comme des syndicats pour leurs membres, et non pour protéger le citoyen face aux professionnels.
Ils s'autoréglementent et s'autosanctionnent. Ils évitent les sanctions devant les tribunaux... souvent des tapes sur les doigts et des petites sanctions pour des gestes très graves.
Par leur pouvoir, ils peuvent même empêcher d'autres ordres d'obtenir plus de latitude dans la pratique de leur profession. Par exemple le Collège des médecins c. les infirmières, ou les avocats c. les notaires.
C'est un peu trop de pouvoir dans certains ordres professionnels et pas assez dans d'autres. Le gouvernement tolère cet état de fait au détriment du citoyen. 
Jean-Guy Dansereau, Plaisance