Des leviers de transition pour l’environnement

Une économie se développe et se transforme grâce à des investissements. Félicitons le nouveau gouvernement du Québec qui n’entend pas, contrairement à l’Ontario, faire de gestes néfastes comme abolir la taxe sur le carbone. Suggérons-lui d’aller plus loin.

Pour ma part, j’ose recommander à nos gouvernements provincial et fédéral non pas nécessairement de créer de nouveaux crédits d’impôt, mais de réserver ceux déjà existants exclusivement ou en partie à des investissements verts. Je pense aux CELI, REÉR, REÉE, fonds de pension collectifs publics et privés, FRV, fonds de travailleurs comme Fondaction et Fonds de Solidarité, etc. Ce faisant, les institutions financières privées offrant de tels produits en développeront d’autres, exclusivement «verts». Faut-il penser qu’un Québécois ayant signé le «Pacte» comme plus de 200 000 autres citoyens, et qui utilise ce moyen pour réduire son empreinte écologique doit faire un sacrifice sur ses rendements financiers? Pas du tout.

Guy Lassonde, Québec