Des générations sacrifiées?

Lors du bilan de session du gouvernement Legault, ce dernier a fanfaronné et je cite: «Les Québécois sont aujourd’hui plus riches d’à peu près 1000$ en moyenne par Québécois depuis la dernière année. On a réduit la taxe scolaire, on a réduit les tarifs de garderie, on a augmenté de façon très importante les allocations familiales», prétend-il. Je peux comprendre que les familles constituent une part importante de l’électorat de ce parti élu à 37 % des votes, mais il ne faut pas pour autant négliger ou pire encore nier l’existence du reste de la population (63 %).

Familles, familles et encore familles, tant mieux pour eux, mais lorsqu’on dirige un État, on se doit de «considérer» tous les résidents qui constituent une société et qui contribuent aussi à sa diversité. Est-ce à cause de l’âge des ministres (la plupart ont moins de 40 ans) qu’il n’y a jamais rien pour les 50-65 ans, pour ceux qui vivent avec moins de 20 000$ annuellement ou encore les personnes plus âgées qui ne bénéficient pas de juteuses pensions?

Je souligne cependant la rapidité qu’a ce parti à régler rapidement (bien que parfois maladroitement) les injustices. Alors, à vos crayons messieurs-dames en vue du prochain budget. Il est de votre devoir de tenir compte des besoins criants de tous vos concitoyens et pas uniquement des «familles».

Pierre Trudel, Québec