Des choix libres et refléchis

En réaction au texte «Le poids du regard des autres» du chroniqueur François Bourque
C'est quand même une drôle d'histoire plutôt difficile à suivre. L'héroïne de votre chronique est libre et se sent libre de porter le voile. Aucune contrainte de sa famille. C'est plutôt le regard des autres qui la dérange. C'est mûrement réfléchi qu'elle dit. Cela ne l'empêche pas de ne pas réfléchir deux minutes et de porter un burkini. Bizarre, mais enfin, je veux bien la croire. Là où je débarque de son histoire, c'est lorsqu'elle dit que la Charte va lui faire perdre son emploi. Là, je ne suis pas d'accord. Son habillement, tout somme l'expression de sa religion, sont ses choix, libres et réfléchis. Alors elle quittera son emploi de façon libre et réfléchie. C'est tout. Si j'étais de religion Sikh, je ne pourrais pas être pompier ou jouer au hockey parce que mon turban m'empêcherait de porter le casque réglementaire. Il me semble que c'est simple. L'expression de ta religion peut te fermer les portes de certains emplois et c'est tout.
Richard St-Laurent, Québec