Déménager pour un emploi?

Le Téléjournal a récemment diffusé un reportage sur le manque de main-d’œuvre dans la Beauce. Le lendemain, c’était tout le contraire, soit le manque d’emploi dans la région de Charlevoix. Ces deux contrastes m’ont fait réfléchir à un questionnement : pourquoi les gens ne partent pas s’installer dans les régions où sont les emplois?

Après tout, Charlevoix et la Beauce, ce n’est pas le Grand Nord. La distance n’est pas si importante. Nous avons connu le même phénomène lors de notre entrée sur le marché du travail dans les années 70. Il a fallu partir de Grand-Mère pour aller à La Tuque afin de travailler et avoir un bon salaire. 

Je comprends que les gens ont un attachement à leur région, mais avec toutes les facilités de transports de nos jours, la distance se vit beaucoup plus facilement. Je comprends, aussi, qu’il ne faut pas vider les régions à cause du manque d’emploi, mais la vitalité de certaines régions, qui sont en péril, doit être soutenue par nos gouvernements en incitant les gens d’autres régions à venir s’y installer pour y travailler. 

Des mesures d’aide financière, telles que les coûts de déménagement, la recherche d’un logement, l’intégration au milieu devraient être mises en place par nos gouvernements locaux (municipalités, écoles, MRC). Je regardais ce reportage sur la région de Charlevoix et le manque d’emploi pour certaines personnes et je ne compatissais pas à leur manque de ressources parce que je sais que le Québec n’a pas seulement besoin des immigrants pour combler les emplois dans d’autres régions.

Lise Lapointe

St-Anselme