Régis Labeaume

Déçu mais pas surpris

Lorsque M. Labeaume a fait sa sortie mardi concernant les délais pour accueillir les réfugiés, je n'étais pas surpris.
Sa capacité de dire une chose une semaine et son contraire la semaine suivante n'a pas d'égale. Sauf que cette fois-ci, les enjeux sont infiniment plus importants qu'une voie réservée ou la collecte des ordures. Ici, on parle de vies. Le petit Aylan Kurdi mort noyé est le symbole de notre indifférence et M. Labeaume en devient par ses propos le porte-étendard.
Sans jouer à l'autruche, il faut faire tout ce qu'on peut pour faire venir ces pauvres Syriens au plus vite et dans un nombre qui fait honneur à nos capacités. Il est par ailleurs triste de voir que Lévis va accueillir zéro personne.
Terrance Keller, Québec