De l’hydroxychloroquine contre le COVID-19?

Réplique à la chronique «Le médecin iconoclaste» de François Bourque du 25 mars

M. Bourque, 

Dans vos chroniques sur la vie urbaine, vous faites preuve d’un remarquable esprit critique. Malheureusement, cet esprit critique est surprenamment absent de votre chronique sur le traitement du COVID 19 préconisé par le Dr Raoult.

Il serait téméraire et dangereux de baser nos traitements sur les résultats d’une étude portant sur 20 cas et une autre issue des sciences fondamentales : je suis certain que vous ne voudriez pas être traité par un médecin qui pratique ainsi. Il est ironique que votre chronique soit publiée le même jour que nous recevons une mise en garde du Collège des Médecins contre la tentation d’utiliser l’approche préconisée par le Dr Raoult. C’est un médicament très efficace, dans certaines conditions, mais qui doit être utilisé avec prudence, en raison de ses effets indésirables potentiels. Le cas de Stromae, qui est disparu de la scène depuis quelques années à la suite d'un épisode psychotique induit par un médicament apparenté à l’hydroxychloroquine, nous le rappelle trop bien.  

Cela dit, je continuerai de lire avec autant d’intérêt vos chroniques, du moins celles portant sur la vie urbaine.

Marc-André Roy MD FRCP

Professeur titulaire de Psychiatrie et Neurosciences, Faculté de Médecine, Université Laval

Psychiatre et responsable médical,

Clinique Notre-Dame des Victoires (IUSMQ/CIUSSS-CN)

Chercheur, Centre de Recherche CERVO 

***

POURQUOI METTRE À PIED DES EMPLOYÉS MUNICIPAUX?

Je ne comprends pas qu’en ces temps de solidarité sociale, les maires décident de remercier les employés temporaires. L’argument choisi est l’équité envers les payeurs de taxes qui ont perdu leur emploi. Je ne comprends ce raisonnement puérile.

Pourquoi ne pas honorer les contrats donnés? Ces gens pourraient continuer à vivre «normalement», à payer leur épicerie, leur loyer, à payer leurs taxes municipales!

Le maire qui dit avoir de l’empathie envers les plus démunis, doit imiter le gouvernement qui continue à verser un salaire aux employés temporaires isolés à la maison sans télétravail.

Je suis convaincue que la majorité des citoyens de la ville de Québec ou des autres villes sont prêts à payer pour que leurs concitoyens ne se retrouvent pas dans l’indigence!

Serrons-nous les coudes et ouvrons notre cœur aux autres! Le budget de la Ville est secondaire dans la situation de crise actuelle!

Paule Lacasse, Charlesbourg