De Lesage à Nadeau-Dubois

C'était en octobre 1962. Je terminais mes études en pédagogie. J'ai vu deux hommes, avec un gabarit, peindre sur la chaussée asphaltée le slogan électoral de Jean Lesage, «Maîtres chez nous».
Ceci annonçait le début d'un temps nouveau, le début de la révolution dite tranquille, mais de fait, pas tranquille du tout. S'en est suivi le mouvement souverainiste avec le RIN et la formation du PQ en 68.
René Lévesque devenait le héros québécois pour un peuple qui rêvait de devenir propriétaire de sa maison au lieu de se contenter d'en être le locataire.
J'ai commencé à m'impliquer, mais, au début, afficher ses convictions politiques était chose interdite pour un jeune enseignant. On m'a même menacé de congédiement parce que j'étais perçu comme un révolutionnaire. Avec les années, les idées ont évolué. Le PQ a pris le pouvoir avec les Lévesques, Laurin, Lessard, Charron, Morin, Godin, Parizeau... Les années ont passé, l'enthousiasme a diminué, le pouvoir a eu ses effets pervers.
Maintenant, le PQ a perdu ses repères. Il est devenu frileux et n'ose même plus faire la promotion de sa raison d'être, la souveraineté. Pas étonnant qu'il soit en perte de vitesse et ne soyons pas surpris qu'un Gabriel Nadeau-Dubois ait choisi de joindre Québec solidaire, la prochaine force politique du Québec. Espérons que l'expérience aidera ce parti politique à maintenir le cap au lieu de se braquer sur le goût du pouvoir. 
Un vrai Québécois doit se souvenir de ses ambitions premières de devenir maître chez lui.
André Drapeau, Saint-Roch-des-Aulnaies
***
Les compétences linguistiques des pilotes
La plus récente tragédie aérienne survenue vendredi dernier fait naître un questionnement sur la compétence linguistique des apprentis pilotes qui sont aux commandes d'avions. 
Est-ce que les écoles de pilotage ont des exigences précises sur la compétence linguistique de leurs étudiants? Et si oui, comment cette compétence est-elle mesurée? Est-ce qu'il y a des tests administrés et un seuil requis avant de pouvoir piloter seul dans l'avion? 
L'enquête en cours permettra sûrement d'expliquer le problème de communication qui semble à l'origine du drame.
Pierre Lincourt, Saguenay