De l'aide pour les stomisés

En réaction au texte d'Élisabeth Fleury «Les personnes stomisées crient à l'aide» publié le 29 mars
Je ne comprends pas que la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) ne paie rien pour les stomisés temporaires (dont quelque 23 000). Selon moi, il s'agit d'une incongruité, car un stomisé, permanent ou temporaire est un handicapé et devrait logiquement recevoir les mêmes subventions. Lorsque Philippe Couillard était ministre de la Santé, il avait augmenté à 700 $/an ladite subvention aux stomisés (un membre de sa famille était stomisé), mais la RAMQ n'a pas bougé depuis malgré plusieurs demandes de toutes les associations de stomisés et même de députés.
Quant à la vieille dame qui dépense 3900 $ par an pour ses accessoires, elle aurait avantage à consulter un ou une stomothérapeute (infirmière spécialisée ou infirmier spécialisé dans la gestion des stomies. Il n'y a pas de bonnes raisons pour dépenser une telle somme pour son handicap. 
Un autre point que je crois primordial serait pour le gouvernement, d'évaluer les prix des divers fabricants d'appareillages; ceux-ci sont vendus au détail, à la pièce, et plusieurs prennent leur profit au détriment des usagers. Ce serait peut-être une bonne idée que les différentes associations et regroupements de stomisés puissent, par un achat regroupé, faire profiter leurs membres de meilleurs prix... C'est évident que l'actuelle subvention de 700 $ est insuffisante pour les stomisés. 
Maurice Bernard, Québec