De la tolérance, s'il vous plaît

Je ne sais pas si c'est une maladie de la région de Québec, mais nous semblons avoir le niveau de tolérance qui s'abaisse.
Tantôt ce sont des citoyens, incapables de se parler entre eux, qui se plaignent du bruit de leur voisin, tantôt des employés municipaux se plaignent des paniers de basketball. Dans tous les cas, les municipalités sont «obligées» de s'en mêler.
Je tiens à vous faire remarquer que l'intolérance de l'autre est une marque de commerce des gens de droite. J'aimerais simplement dire que le bonheur est plus facile à atteindre avec la tolérance.
Tentez l'expérience: l'essayer c'est l'adopter. Vous risquez même de vivre plus longtemps avec un sourire.
Paul Lafrance, Québec