Maquette du projet d'usine de FerroAtlantica à Port-Cartier, sur la Côte-Nord

De gros lot à prix coco!

La mauvaise nouvelle, très assommante, est tombée sur l'espoir des gens au savoir-faire extraordinaire de Port-Cartier, cela à l'aube de Noël. Le merveilleux projet d'usine de silicium métal de la compagnie FerroAtlantica et tout le travail en amont se sont volatilisés comme dans un numéro du grand Houdini.
Ce qui devait être une relance économique très applaudie dans l'industrie minière, un Klondike de l'emploi, n'est maintenant qu'une enveloppe vide malgré un congé de taxes de 10 ans et un tarif préférentiel sur l'électricité accordés sur un tapis rouge par le gouvernement provincial. Les citoyens et la Ville de Port-Cartier, pourtant un terreau industriel fertile, passent ainsi du paroxysme de la joie au deuxième sous-sol de la déception. Décevant! La baisse des prix dans le marché ainsi que le désir d'investir dans les usines existantes auront eu raison du projet de FerroAtlantica qui ne devient qu'un mauvais rêve. Bref, le gros lot se transforme en prix coco.
Michel Beaumont, Québec