Contrebandiers au Nunavik

Message à la SAQ,

À la suite de l’émission Enquête d’ICI Radio-Canada, je suis ébahie que vous ne preniez pas plus au sérieux le phénomène de ceux qui achètent en grande quantité des spiritueux. Je pensais qu’il fallait un permis pour en acquérir. Que faites-vous à Dorval où il semble que tous savent que les ventes sont quasi astronomiques? J’ai travaillé au Nunavik et c’est désastreux de voir une partie de la jeunesse mineure avoir accès si facilement à ces alcools. Vous n’êtes pas des policiers, mais vous devriez collaborer avec eux pour enrayer cette engeance. Si vous pensez que nous croyons vos démentis à l’effet que vous n’avez été que récemment informés de cette situation, sachez que nous ne le croyons pas. Je refuse qu’une société d’État se lave les mains de cette situation.

Andrée Moreau, Québec