Consultation bidon

Passée sous silence à cause des malheureux événements survenus dans la Grande Mosquée, l'Agence canadienne d'évaluation environnementale (ACEE) a tenu deux séances de consultation publique sur le projet d'agrandissement du Port de Québec dans le secteur Beauport.
À mon avis, les dés étaient truqués, car avant même que les consultations publiques débutent, le maire de Québec, Régis Labeaume, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, le député fédéral de Québec, Jean-Yves Duclos, et la députée provinciale de Chauveau, Véronique Tremblay, avaient fait un plaidoyer en faveur du projet Beauport 2020.
C'est irresponsable envers les citoyens que nos politiciens de tous les niveaux se fassent défenseurs du projet d'agrandissement du Port de Québec, qui permettra la construction de réservoirs pour du stockage de vrac liquide près de la baie de Beauport. Le directeur du Port, Mario Girard, minimise le fait que l'administration du Port de Québec installera une bombe en plein coeur d'un secteur très fréquenté comme la Baie de Beauport, qui se voulait un endroit paisible de villégiature. Plusieurs citoyens se sont déplacés pour ces consultations qui ne mèneront nulle part.
Jocelyn Boily, Québec
***
Bon succès, M. Dion
Stéphane Dion vient d'accepter le poste d'ambassadeur du Canada en Allemagne. Le climat actuel aidant, ne pourrait-on pas, sans subir les anathèmes habituels lorsque son nom est évoqué, lui témoigner un minimum de reconnaissance pour services rendus? Rappelons que Stéphane Dion a sacrifié le confort de son statut universitaire à Québec pour s'inviter dans la mêlée politique, d'abord comme expert et ensuite comme élu, en 1996, à une période charnière de l'histoire du Canada et de celle du Québec.
L'histoire fera le bilan des 21 années qu'il a consacrées aux affaires publiques, et ce, aux plus hauts niveaux nationaux et internationaux. Il faudra reconnaître à quel point sa doctrine sur les impératifs du fédéralisme liés aux enjeux de la séparation aura permis de clarifier cette vaste question. Une doctrine qu'il a défendue avec courage, étant donné l'ampleur des réactions haineuses qu'il savait devoir affronter, celles-ci trop souvent vautrées dans un vocabulaire de caniveau. Malgré cela, il a tenu bon en exprimant franchement son patriotisme envers son pays, le Canada, et sa patrie, le Québec.
Souhaitons-lui bon succès dans sa prochaine fonction, fonction honorable et exigeante, étant donné la tâche qui l'attend dans une région du monde en proie à de graves dérives. 
Claude Poulin, Québec