Congestion au MTQ

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) ne veut pas d'un troisième lien entre les deux rives, à Québec. On savait déjà qu'il ne voulait pas d'un tunnel jugé trop cher.
Le chat est finalement sorti du sac lorsque le ministre Lessard a rejeté catégoriquement l'idée de se servir de l'opportunité créée par la nécessité de remplacer l'actuel pont de l'île d'Orléans par un pont qui pourrait servir de base à la création d'un troisième lien. Pas surprenant de la part d'un ministère qui a réussi jusqu'à maintenant à se cacher derrière le CN et le fédéral pour ne pas sauver un pont qui sert presque exclusivement aux automobilistes. Pas surprenant de la part d'un ministère qui a pris 10 ans à rénover le boulevard Duplessis et qui en demandait 15 pour élargir Henri-IV.
Sa seule solution pour soulager la congestion réside dans un SRB qui ne coûtera pas trop cher à cause du parcours retenu, mais qui desservira on ne sait trop qui. Et ce n'est pas demain que la ville se transformera pour s'articuler autour de ce parcours. La congestion routière est devenue le problème numéro un de la capitale nationale et elle ne peut qu'empirer. L'agglomération la plus dynamique du Québec a été choyée par les politiciens au cours des dernières années. Mais son élan risque de frapper un mur. Ce mur, c'est le MTQ.
Serge Parent, Québec