Confusion et intimidation

Le Parti vert dit appuyer fermement sa chef Elizabeth May malgré les récentes allégations voulant qu’elle ait intimidé et invectivé d’anciens employés. Dans un communiqué de presse du parti, publié quelques heures après la parution de l’article, les verts ont défendu leur chef en soutenant qu’elle était soumise à des normes différentes que ses homologues masculins.

«Un homme avec ces qualités est admiré pour son leadership. Une femme avec les mêmes qualités est perçue comme autoritaire et intimidante.» Je suis désolé, mais l’intimidation n’a strictement rien à voir avec les genres et elle doit être fermement condamnée chaque fois qu’elle se produit. 

Il me paraît aussi important d’ajouter qu’en matière d’intimidation ou d’inconduite sexuelle, hommes ou femmes doivent également bénéficier de la présomption d’innocence et que notre système de justice, si imparfait soit-il, existe toujours. Il serait pour le moins déplorable que la seule justice qu’il nous reste s’exprime uniquement à travers les découpures de presse et les médias sociaux.

Jacques Nicole, Québec