Commissions scolaires: chambardement insoupçonné

Annoncée sans grandes pompes le 19 octobre par le ministre de l’Éducation, l’élimination des commissions scolaires «dans un horizon de deux ans» sera un chambardement dont l’ampleur est probablement insoupçonnée. Par exemple, les commissions scolaires gèrent présentement des domaines divers dont celui de l’acquisition, du financement et de l’entretien d’actifs mobiliers et immobiliers.

Avec la disparition des structures actuelles, la propriété de ces meubles et immeubles et les tâches et financements qui y sont associés devront être confiées à des organismes publics comme les structures municipales. Dans les grandes et moyennes villes, de tels transferts de compétences pourraient se faire peut-être facilement. Mais en région, cela devrait être réalisé en tenant compte que, dans l’état actuel, les élèves d’une commission scolaire proviennent souvent de plusieurs municipalités. 

On ne peut en faire des orphelins scolaires. Les municipalités régionales de comté (MRC) pourraient-elles se transformer en commissions scolaires de remplacement? On ne peut pas imaginer que cela puisse se faire rapidement. Cela tient aussi pour toute autre façon que l’on pourrait trouver pour éliminer les commissions scolaires. 

Jean-Marie Desgagné, Québec