Commission Parent 2.0

Monsieur le ministre de l’Éducation, qu’attendez-vous pour mettre sur pied une nouvelle Commission Parent? Beaucoup de groupes du monde de l’éducation s’entendent pour dire que notre système ségrégationniste à quatre vitesses est en train de briser des générations d’élèves. Qu’avez-vous à perdre en mettant sur pied une telle commission? Au mieux, les conclusions de celle-ci vous donneront raison. Au moins, on saura à quoi s’en tenir. Notre système scolaire, en ce moment, ressemble de plus en plus au système élitiste que vos parents et vos grands-parents ont été si contents de mettre à terre à la suite du rapport Parent. Un peu de courage SVP, M. le Ministre, ce n’est plus le temps des excuses, le mal est déjà fait. Agissez.

Daniel Champagne

Québec

+

LES CONSÉQUENCES DES CHOIX INDIVIDUELS DES MÉDECINS

Les récentes statistiques produites sur le temps d’attente dans les urgences sont désespérantes et pourtant, elles n’émeuvent presque plus, du moins pas longtemps, car il semble qu’une bonne partie de la population est résignée. L’accessibilité serait-elle devenue un problème de santé publique incurable?

Les quatre facultés de médecine tournent pourtant à plein régime, les infirmières et les pharmaciens peuvent dorénavant en faire plus, le recrutement de médecins à l’étranger est actif et les flux migratoires n’affectent pas négativement le rythme de croissance des médecins.

On peut difficilement faire plus pour augmenter le nombre de médecins au Québec, mais l’impact de tous ces efforts très coûteux est contrecarré par le trop grand nombre de médecins qui choisit de travailler à temps partiel.

Les données sont implacables, mais le sujet demeure tabou : le gouvernement connaît la maladie, dispose du remède et refuse de l’appliquer. Pourquoi faire la guerre aux médecins alors que la population tolère sans trop se plaindre des temps d’attente très longs?

Daniel Poirier

Stratford