Chère Amina, ma soeur

La gardienne de mes enfants est musulmane. C'est une deuxième mère pour eux. Elle est d'une générosité sans pareil. Ses valeurs sont belles et honorables : tolérance, accueil, partage, bienveillance. À son contact, j'apprends. Je vis un peu des merveilles de l'Algérie, je goûte les saveurs de son pays. Grâce à elle, je sais faire le thé à la menthe, ce qui n'enlève rien à mon allongé. Nous discutons au sujet du ramadan, de la fête de l'Aïd. Elle me parle de ses traditions, qu'elle continue de vivre ici.
Elle a vécu la guerre et ne veut pas revivre cette horreur. Les événements récents ont été extrêmement difficiles, mais elle comme moi y voyons de l'espoir. Et si la suite était une ère d'ouverture, de tolérance? Et si les consciences s'éveillaient et voyaient, enfin, que nous sommes tous humains. Avec des différences. Et après? Ce n'est pas ça, la beauté de la vie? Chère Amina, ma soeur, merci du fond du coeur d'être dans nos vies.
Martine Carrier-Fraser, Québec