Chapeau aux déneigeurs!

Nous avons eu droit à une combinaison gauche-droite (one-two punch) mercredi et vendredi qui aurait mis K-O bien des villes.

Tôt mercredi, j’avais un rendez-vous à la clinique que je ne pouvais pas rater et non seulement la clinique était ouverte, mais j’ai pu m’y rendre également, grâce aux déneigeurs. Puis vendredi, j’étais coincé dans un important banc de neige. Un déneigeur, probablement harassé suite à de longues heures de travail, est passé et m’a fait la faveur de reculer et débarrasser le devant de mon auto pour que je puisse sortir. Incroyable, mais vrai! Malgré les exhortations de ne pas prendre la route et de rester à la maison, je me suis fait la réflexion en chemin vers la clinique puis à la pharmacie que ce serait une insulte aux services de déneigement public et privé et aux employés des entreprises qui ont bravé la tempête de ne pas mettre à profit leur disponibilité, leur travail et leur courage.

Georges Jodoin, Québec