Cerveaux atrophiés?

En réaction au dossier «Le quotient des Occidentaux à la baisse» de Jean-François Cliche paru le 10 mars

Il faut avouer que le recours systématique à nos téléphones dits intelligents ne fait rien pour entretenir certains de nos mécanismes intellectuels... d’autrefois! Mémorisation devenue facultative car tout est à la portée des doigts, reconnaissance de l’espace rendue maintenant non nécessaire «grâce» au GPS. Calculatrice en permanence disponible sur soi. Les prix aux 100 grammes affichés partout dans les épiceries. Il semble que le développement de ces habiletés intellectuelles ne sont plus une priorité pour avoir l’air intelligent. 

Des anthropologues constatant que la boîte crânienne avait diminué avec l’évolution ont émis l’hypothèse que la sédentarisation ne demanderait plus au cerveau humain de tout emmagasiner la configuration des espaces de chasses comme lorsque l’être humain était un chasseur-cueilleur. À ce moment-là, la variété de l’alimentation en a pris un coup, d’où la non-nécessité de retenir le nom de certaines plantes et leur moment de maturité, les animaux et leurs comportements territoriaux! À un point où la longévité des hommes, malgré leur nouvelle sécurité alimentaire, a diminué.

Jacques Tremblay, Sainte-Luce