Cannabis, déficits et mode de scrutin

Peu avant le déclenchement des élections, Le Soleil nous apprenait que le gouvernement Trudeau avait réalisé en tout ou en partie 92% des promesses faites pendant la campagne électorale de 2015.

On retient de ces promesses la légalisation du cannabis, l’absence de recherche d’un équilibre budgétaire au profit de déficits afin de stimuler l’économie et la réforme du mode de scrutin, monsieur Trudeau répétant à satiété que l’élection de 2015 était la dernière de format traditionnel. Au pouvoir, M. Trudeau a imposé sa vision dans la loi pour la légalisation du cannabis, en faisant fi des souhaits de certaines provinces, dont le Québec. On apprend que le crime organisé y trouve son profit, alors qu’il nous disait le contraire. Il a fait allégrement des déficits de plus en plus importants au prix d’un équilibre budgétaire remis aux calendes grecques. Dans les deux cas, on peut dire qu’il a dépassé les attentes, cela lui vaut de vives critiques, rendant précaire sa réélection. Il a renié la seule promesse qui aurait pu lui sauver son poste de premier ministre, la réforme du mode de scrutin, en proclamant «ex cathedra» que la population n’en voulait pas et en l’abandonnant en février 2017. Quel manque de jugement!

Richard Gagné, Sainte-Pétronille