Aux États-Unis, des études ont montré une baisse d'incidents violents impliquant des policiers depuis qu'ils portent une caméra corporelle, comme celle-ci, de la police de Los Angeles.

Caméra corporelle, élément dissuasif

Une caméra corporelle sur les policiers est un élément dissuasif pour tout le monde. Nous vivons avec des radars qui ont un effet bénéfique sur le ralentissement des «envoye dans le tapis!» et si jamais ils osent le faire ils paieront pour parce que le déclic de la caméra ne ment pas. Il en va ainsi pour la caméra corporelle qui donnera l'heure juste sur l'action portée par le policier et les agissements du fautif. Ce ne sera plus la parole d'un policier contre un intervenant, mais une preuve tangible et irréfutable des actions qui ont été faites à ce moment.
Les policiers devront intervenir avec circonspection et le «fautif» y pensera à deux fois avant d'envoyer valser le flic dans les roses avec un langage souvent ordurier. Je félicite M. Coderre, maire de Montréal, d'aller de l'avant avec ce projet pilote... et M. Labeaume, maire de Québec, d'être à la remorque parce qu'«il y a quelque chose qui m'agace là-dedans».
Gervais Soucy, Québec