Bravo M. Cliche!

En réaction à l’article «Moins d’insectes qu’avant?» du journaliste Jean-François Cliche.

Oui, cher Monsieur, bravo pour cette «Vérification faite» sur les insectes du 18 juillet. J’ai une maison depuis 43 ans dans un rang perdu à la campagne, un milieu humide. Pour les oiseaux des campagnes, c’est certain qu’il y a un appauvrissement. 

Pour l’hirondelle bicolore et la sturnelle des prés, par exemple. Mais je suis très loin de le croire pour les insectes. Et je le vérifie à chacune de mes visites. Cette année, par exemple, grosse année de libellules, de bourdons, d’abeilles mellifères (d’un apiculteur quelconque) et d’hespéries diverses, fort variées. J’ai même la présence du sphinx gracieux, un papillon butineur qu’Handfield dit très rare dans son Guide des papillons du Québec. 

Dans ma mare, par exemple, asséchée depuis trois ou quatre jours maintenant, j’ai eu cinq couples de grenouilles des bois qui ont pondu. Je n’avais jamais vu autant de couples printaniers de ce batracien venir pondre, etc. Bravo.


Jean Provencher
Québec