Bravo Dre Ratté !

J'aimerais féliciter la persévérance et la détermination de la Dre Carolle Ratté, chef du département de psychiatrie du CHUL, pour la réalisation de travaux qui seront effectués au département de psychiatrie pour l'unité des troubles de conduite alimentaire, un combat qu'elle mène depuis plusieurs années. Pour avoir moi-même été traitée par la Dre Ratté et hospitalisée au CHUL pour mes troubles alimentaires, je peux vous confirmer que ces changements étaient rendus nécessaires pour la réussite du traitement des patients aux prises avec des troubles alimentaires. Je crois sincèrement que d'isoler ces patients permettra d'apporter chez eux un sentiment de sécurité et de prise en charge. Je me rappelle avoir demandé à plusieurs reprises de retourner chez moi car je me sentais menacée et seule dans un milieu qui ne correspondait pas à ma réalité. De plus, je suis convaincue que cela amènera un meilleur suivi alimentaire tellement nécessaire dans le cadre du traitement. Faute d'un manque d'encadrement, j'ai souvent mangé seule dans ma chambre sans surveillance et il aurait été très facile pour moi de ne rien manger sans que cela puisse paraître. Ainsi, j'applaudis cette annonce et remercie Dre Ratté d'avoir toujours eu à coeur le bien-être de ses patients.
J'aimerais féliciter la persévérance et la détermination de la Dre Carolle Ratté, chef du département de psychiatrie du CHUL, pour la réalisation de travaux qui seront effectués au département de psychiatrie pour l'unité des troubles de conduite alimentaire, un combat qu'elle mène depuis plusieurs années. Pour avoir moi-même été traitée par la Dre Ratté et hospitalisée au CHUL pour mes troubles alimentaires, je peux vous confirmer que ces changements étaient rendus nécessaires pour la réussite du traitement des patients aux prises avec des troubles alimentaires. Je crois sincèrement que d'isoler ces patients permettra d'apporter chez eux un sentiment de sécurité et de prise en charge. Je me rappelle avoir demandé à plusieurs reprises de retourner chez moi car je me sentais menacée et seule dans un milieu qui ne correspondait pas à ma réalité. De plus, je suis convaincue que cela amènera un meilleur suivi alimentaire tellement nécessaire dans le cadre du traitement. Faute d'un manque d'encadrement, j'ai souvent mangé seule dans ma chambre sans surveillance et il aurait été très facile pour moi de ne rien manger sans que cela puisse paraître. Ainsi, j'applaudis cette annonce et remercie Dre Ratté d'avoir toujours eu à coeur le bien-être de ses patients.
Diane Lafrance, Québec