Bonne fête, Majesté...

Élisabeth II, reine d'Angleterre, fête ses 90 ans. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour cette dame digne et noble. Lorsqu'elle est venue au Québec en 1963, elle a déclaré ceci : «Le Québec peut faire son indépendance s'il le veut vraiment.» Je l'avais trouvée plus brillante qu'une majorité de politiciens canadiens-anglais qui n'ont jamais eu cette générosité et cette ouverture d'esprit.
Le problème vient du Canada qui tient mordicus à nous l'imposer comme reine du pays et qui ne réalise pas qu'il est ridicule en 2016 d'avoir comme chef d'État une personnalité étrangère. La plus grosse erreur de Pierre Elliott Trudeau, c'est d'avoir rapatrié cette constitution sans l'accord du Québec alors qu'il aurait été préférable de l'amender afin de se donner un chef d'État digne de ce nom et une constituante adaptée à la réalité d'aujourd'hui et de la faire entériner par référendum.
Ce n'est pas la faute de la reine d'Angleterre si le Canada est un pays mesquin qui a tenté par tous les moyens d'écraser le peuple canadien-français et qui va finir par réussir si le Québec ne se réveille pas.
En travaillant pour que ce pays en provenance de la France et d'Angleterre s'unisse en direction d'une société bilingue et biculturelle et en étant équitable pour ces deux cultures, oui le Canada aurait pu devenir un grand pays. Au lieu de cela on est en train d'en faire un repaire de culture étrangère qui est en route pour supplanter la culture canadienne-française.
De deux choses l'une : ou bien le Canada corrige le tir en amendant la constitution ou bien le Québec se réveille et se donne un pays.
Fernand Turbide
Saguenay