Bonhomme Sept-Heures

Pour la première fois, à ma connaissance, le premier ministre Philippe Couillard a admis que le Québec a les moyens de devenir souverain tout en s'empressant d'ajouter «mais seulement au prix d'une dizaine d'années de pauvreté».
Et le Bonhomme Sept-Heures d'ajouter: «Quel est le degré d'oppression, d'humiliation, de souffrance, au Québec, qui nécessiterait d'assécher nos services publics pendant probablement au moins une dizaine d'années, de sacrifier nos programmes sociaux, de nous trouver en état de pauvreté plutôt que d'être citoyens d'un membre du G7?»
À remarquer ici la subtilité de M. Couillard de mettre en parallèle le «mauvais» relié à la souveraineté et le «bon» de demeurer dans le Canada. Une manipulation perverse visant à mal faire paraître un Québec souverain.
«Voyons donc! Il n'y a pas un Québécois qui veut vraiment ça», conclut le bon docteur Couillard. Le problème, c'est que le «ça» dont vous parlez ne relève d'aucune étude sérieuse... de la poudre aux yeux!
Henri Marineau, Québec