Bloc et PQ, dégonflés!

Il n’y a pas de doute, les deux partis, Bloc et PQ, nagent en eaux troubles dans les sondages. Ils peinent à se sortir la tête de l’eau. Indépendance et succès ne se retrouvent plus dans la même phrase.

Le PQ, par les moyens du bord, tente de rebâtir son image qui s’est effritée en portant les rides de l’abandon et l’impopularité. Qui peut arrêter cette hémorragie? Le chef, M. Lisée, a monté en grade Mme Hivon et, pour la suite, accueillerait les bras ouverts M. Aussant et M. Péladeau. On repassera pour le nouveau. Où est la relève, la vraie, chez les jeunes? M. Aussant et M. Péladeau accepteraient-ils un rôle de simple soldat au sein du PQ?

Pendant ce temps, notre Martine nationale au Bloc perd des plumes, sept à la fois, et courrouce généreusement. Elle dirige, sans être pragmatique, une version très diète et édulcorée d’un parti agonisant. Peut-on parler d’avenir chez le Bloc? Bref, le pneu est complètement à plat. Quand Martine pourra-t-elle asseoir sa crédibilité?

À mon sens, si l’indépendance doit se faire, ceux qui la feront sont à la maternelle aujourd’hui. Le Bloc et le PQ présentent deux partis visiblement dégonflés.

Michel Beaumont, Québec