Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Bienvenue chez nous… qui est aussi chez vous

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
À la direction générale de la Santé publique de Chaudière-Appalaches.

Plus qu’une image bucolique accompagnée d’une réputation artistique et artisanale, Saint-Jean-Port-Joli, c’est surtout les hommes et les femmes qui l’habitent, qui l’animent, qui font de ce village, comme le disait Linda Lemay à propos de son père «… qui est le meilleur».

Depuis le début de l’éclosion fatidique, avec le support constant de tout le personnel médical à tous les niveaux, cette population, sans être «docile» comme le disait la ministre Guilbault, a été hautement responsable, contribuant à ce que les indices d’infection, et ce depuis mars 2020, de la MRC de l’Islet soient parmi les plus bas au Québec.

Ces résultats ont sans aucun doute contribué à faire en sorte que le taux de délestage dans les hôpitaux de Chaudière-Appalaches soit le troisième plus bas au Québec après la Gaspésie-Iles de la Madeleine et l’Abitibi-Témiscamingue.

Nous croyons avoir livré notre part du «contrat social», comme le disait notre premier ministre. Nous nous attendons maintenant à ce que le service de Santé publique de notre région fasse preuve de maturité, de transparence et de pédagogie et nous expose clairement sur une base régulière les obstacles à notre présence en zone orange ou même jaune. Toujours prêts à en fournir plus, il nous apparaît essentiel qu’on nous fournisse les points à améliorer pour que le 22 février soit un jour de délivrance.

Un service public a des responsabilités envers le public et, dans une démarche d’assainissement, les citoyennes et citoyens ne sont pas des patients, mais des partenaires.

Avec l’assurance de notre collaboration.

Le maire Normand Caron et tous les membres du Conseil municipal

+

LA BONNE ÉTOILE DE MA MÈRE

Le raffut du diable autour de Herron a poussé le gouvernement à agir. Ainsi en sera-t-il pour le Manoir Liverpool, autrefois chapeauté par le CISSS qui était sous la férule de Daniel Paré, l’actuel grand manitou de la vaccination.

Encore là comme ailleurs dans la grosse machine de la Santé, un fonctionnariat digne de la maison qui rend fou d’Astérix semble aller au-delà de la houlette de M. Paré. Toujours à la recherche de la tache dans le plat de spaghetti, on a sauté à pieds joints sur ce prétexte pour le rendre imputable de l’incurie.

Ça et le pauvre approvisionnement en vaccins ne devraient toutefois pas effacer ses bons coups comme chef d’orchestre de cette campagne qui se déroule quand même rondement. Au risque de prêcher pour ma paroisse, ma mère a été sous une bonne étoile à ce chapitre.

Elle a en effet reçu sa première dose de Moderna le 7 février. Et selon ses dires, tout s’est bien passé. Grâce aux infirmières de faction, mais aussi à M. Paré qui a bien coordonné leurs efforts.

Au nom d’Hélène Robitaille-Vigneault et en mon nom personnel, merci à l’équipe de vaccination du Manoir de l’Ormière. De même qu’à vous, M. Paré!

Luc J. Vigneault, auteur et acteur, Québec