Bien décoder l’élection

Il sera intéressant de voir qui du PLQ, du PQ, de la CAQ ou de Québec solidaire saura le mieux saisir le message lancé par la population et ajuster sa plateforme électorale en prévision des élections provinciales prévues dans un an.

Philippe Couillard retient de la victoire de Valérie Plante à la mairie de Montréal l’importance, dorénavant, de «faire campagne avec le sourire». Les tenants de la gauche, Amir Khadir et GND en tête, se voient déjà au pouvoir à Québec. Entre-temps, chroniqueurs et analystes s’entendent pour dire que le résultat de dimanche est une mauvaise nouvelle pour les formations qui incarnent la «vieille politique» à son meilleur, François Legault étant sans doute le moins pire des trois chefs en présence.

Ainsi, le vieil adage «Rira bien qui rira le dernier» devrait se traduire, pour les stratèges de chacune des formations politiques, par: «Qui lira bien, rira bien le dernier». Car, au final, c’est bien le parti qui saura le mieux décoder le message que viennent d’envoyer des citoyens, au risque même de devoir congédier son «entraîneur-chef», qui pourra aspirer à former le prochain gouvernement.

Jean-Paul Plante, La Malbaie