Bettman au panthéon du hockey!

Un des premiers responsables du déclenchement de trois lock-outs, dont l’un a mené, en 2004-2005, à l’annulation d’une saison de hockey complète, responsable de l’interdiction aux joueurs de la LNH de participer au dernier tournoi olympique, tuant ainsi tout l’engouement international pour un tel tournoi, et une personne qui persiste à maintenir qu’il n’existe aucun lien entre les coups à la tête et de graves maladies dégénératives du cerveau alors que la communauté scientifique s’entend sur l’existence d’un lien de causalité, le commissaire de la LNH, Gary Bettman, vient d’être intronisé au panthéon du hockey.

Or, la tradition veut qu’on attende généralement qu’un athlète ou une personnalité sportive ait mis un terme à sa carrière depuis un certain nombre d’années avant de lui ouvrir les portes d’un panthéon, le passage du temps permettant d’évaluer plus clairement et plus objectivement la place occupée par la personnalité dans l’histoire de son sport.

Dans le cas de Gary Bettman, le seul «exploit» qu’on pourrait lui concéder relève du fait que, depuis son arrivée aux commandes il y a 25 ans, les revenus de la LNH sont passés d’un peu plus de 400 millions $ à quelque 4,5 milliards $… Un bilan financier certes reluisant mais qui ne constitue pas, à mes yeux, un argument raisonnable pour admettre Gary Bettman au panthéon du hockey… 

En réalité, nous assistons à une farce monumentale digne des plus grands vaudevilles!

Henri Marineau, Québec