Bénéfices des compteurs

À titre d’ancien conseiller municipal, je puis vous informer que toutes les résidences de Sainte-Foy étaient dotées de compteurs d’eau au moment de la fusion forcée.

Au début de la nouvelle ville en 2002, les contribuables de Sainte-Foy recevaient, en plus de la facture pour leurs compteurs d’eau, la facturation uniforme pour l’eau potable. À noter que la facturation du compteur d’eau comportait deux volets: la fourniture de l’eau potable comme telle et le même volume en traitement des eaux usées.

La facturation du compteur avait plusieurs bénéfices, notamment l’incitation à économiser l’eau, l’estimation précise et rapide des pertes d’eau dans le sol en comparant les volumes d’eau potable produite avec les volumes d’eau facturée par secteurs. Il était donc assez rare de voir des gens nettoyer leurs entrées avec de l’eau sous pression, arroser les bancs de neige pour qu’ils fondent plus rapidement au printemps, etc. Les propriétaires avaient tout intérêt à remplir leurs piscines avec une citerne au lieu de prendre leur eau au compteur d’eau.

Présentement, tous les gaspilleurs d’eau agissent aux dépens des autres. Aussi, la Ville perd de grands volumes d’eau dans le sol, puisqu’elle est incapable d’identifier rapidement les secteurs problématiques à moins d’un bris majeur. En plus, elle se permet de distribuer des contraventions à ceux qui arrosent leur gazon la mauvaise journée...

Henry Jenkins, ex-conseiller municipal, Québec