Bâtisseur

M. Cyrille Deshaies, récemment décédé à l’âge de 108 ans, fut un personnage marquant d’une période méconnue de notre histoire sociale en tant que précurseur du virage scolaire lié à notre Révolution tranquille.

Il s’était d’abord consacré, à titre de Frère enseignant (1926 à 1965), à la formation des jeunes dans les écoles de quartiers de Québec (là où la communauté de Frères des écoles chrétiennes était très engagée). Après avoir été sécularisé, il a poursuivi ses études pour devenir responsable de la formation des maîtres, d’abord dans une École Normale à Québec (institution visant la formation des jeunes enseignants), ensuite à l’Université Laval pour travailler à la création de l’École de pédagogie. Poursuivant dans son élan de bâtisseur, il fut cofondateur de l’Académie de Québec, devenue plus tard en 1967 le Cégep de Sainte-Foy.

Après toutes ces années dévolues à plusieurs autres tâches de nature éducative, il est devenu conseiller à la CEQ (Centrale de l’Enseignement du Québec). Il a terminé sa carrière à l’AREQ (Association des retraités de l’enseignement) comme rédacteur de la revue «Quoi de neuf?». Ceux et celles qui ont connu M. Deshaies peuvent témoigner de la puissance de sa pensée et de son étonnante liberté d’esprit. Doté d’une énergie rare, il a pleinement assumé la mutation religieuse et scolaire qui a transformé son époque. Humaniste engagé, il fut toujours habité par l’amour de la connaissance et la passion de l’enseignement. Peut-être est-ce cela qui lui a permis de garder jusqu’à la toute fin sa lucidité proverbiale. On lui doit un devoir de mémoire.


Claude Poulin

Québec