Avant les clignotants

En réaction à l’article «Une traverse sécurisée pour les aînés sur De Salaberry», paru le 19 juin.

Nous étions en France il y a quelques semaines et à chaque fois que nous approchions un passage piétonnier, les automobilistes effectuaient un arrêt complet nous permettant de traverser la chaussée. J’avais fait remarquer à ma conjointe qu’au Québec, malheureusement, on ne respectait pas cette pratique. Pourtant, le Code de la route indique que lorsqu’une personne s’engage dans un passage pour piétons, le conducteur doit immédiatement immobiliser son véhicule et lui permettre de traverser (Art. 410 du Code de la Sécurité routière du Québec). L’amende peut être de 100 $.

Il y a certaines lacunes à corriger :

1. Réaffirmer le règlement en l’appliquant;

2. Informer de nouveau les automobilistes et les piétons;

3. Peindre ces passages de façon à ce qu’ils soient visibles de tous en en faisant le monitorage.

Je crois donc qu’il est peut-être utile d’avoir des clignotants, mais qu’avant, il serait plus utile qu’on corrige les lacunes mentionnées ci-dessus. Il s’agit de civisme et de sécurité pour tout le monde, jeunes et vieux.

Pierre Beaudry, Québec