Au nom de ces femmes

Le 6 décembre de chaque année nous rappelle tristement que 14 femmes ont perdu la vie à la suite de l’attentat perpétré à la Polytechnique de Montréal.

L’homme de 25 ans, qui a commis ce crime d’une lâcheté incommensurable, avait un objectif bien précis-voire un message à nous adresser-soit celui de dire que des femmes ne méritaient pas de poursuivent des études afin d’accéder à des postes qui étaient auparavant réservés aux hommes. Il ne pouvait supporter que des femmes «s’accaparent les avantages des hommes», selon ses dires. Une lettre laissée de sa part, après son suicide, a par ailleurs confirmé cela. Voilà qui rend encore plus odieux son crime.

Son nom ne mérite pas de passer à la postérité et je préfère ne pas l’évoquer ici. Mais il en va autrement pour les noms de ces femmes tombées sous ses balles le 6 décembre 1989 et qui avaient une place qui leur revenait de droit dans notre société, dans notre monde. Et j’ai nommé : Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte.

Yvan Giguère
Saguenay