Au diable la francisation!

Le fragile équilibre entre le budget et l'importance de la francisation vient malheureusement encore de basculer du côté des coupes dans les services de francisation de jeunes immigrants l'an prochain.
Est-ce une action faite dans la complaisance inconsciente? La Commission scolaire de Montréal (CSDM) et la Commission scolaire de la Capitale (CSC), les deux plus importantes au Québec, ont réagi vivement. Par conséquent, les commissions scolaires n'auront d'autre choix que de puiser les sommes manquantes dans leur budget ou encore, comme on peut s'en douter, les responsabilités supplémentaires aboutiront sur le dos des professeurs placés directement sous l'entonnoir. C'est bien connu, l'école et le travail sont les deux principaux pôles pour se franciser. L'intégration à la société d'accueil sera réduite et au diable la francisation!
Michel Beaumont, Québec