Aire de repos nauséabonde

Lors de mon dernier périple en Gaspésie, à l'aire de repos de Trois-Pistoles, maudissant l'âge, je priais le Seigneur de m'accorder quelques minutes de répit pour me soulager. Une aire de repos m'offrirait comme à bien d'autres l'apaisement recherché.
Touristes allemands, américains et québécois, de faire la file vers une bâtisse petite et croupissante aux couleurs de la terre, comme prête à nous enterrer. Et là, de découvrir les plus sordides chiottes du monde civilisé, combinant un rafistolage et une odeur dans la malpropreté du lieu. Indigne! Un seul urinoir séparé de la chasse d'eau par un savant panneau quelconque peint en blanc fait de ripe pressée. 
Dans l'accueil, un petit lavabo et une note: Eau interdite de consommation. 
Que dire? Après 40 ans, nos savants politiciens sont incapables de nous offrir, encore aujourd'hui, des aires de repos dignes de notre civilisation. La marque d'un peuple se mesure non seulement dans les grandes réalisations, mais dans l'importance qu'elle accorde au bien-être de ces concitoyens. Ce gouvernement devrait peut-être commencer par s'intéresser à ses chiottes.
Pierre Mercier, Québec