Aînés du Québec, je vous aime!

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
Tout d’abord, mes chers parents. Vous, Huguette et Bruno, qui n’êtes plus de ce monde depuis quelques années, mais dont la présence se fait encore sentir, vous me manquez cruellement. Je ne sais comment j’aurais pu vous imaginer aujourd’hui dans la tourmente de la pandémie de la COVID-19.

Je n’aurais certes pu vous voir dans un de ces CHSLD, vulnérables face au danger qui court. Mes parents, votre héritage est si grand. Ma mère, tu m’as légué ta si grande humanité. Tes chansons ont tellement bercé mon enfance. Tes mots et ton intelligence me manquent. Mon père, tu m’as montré à ne rien tenir pour acquis et à demeurer vigilant et critique face à ceux qui mènent le monde. Tu m’as montré à rester fier et à me tenir debout face à l’adversité. Mes chers parents, je vous ai aimé et je vous aime encore tout autant. Recevez mes hommages. Et vous tous chers aînés du Québec, qui ne l’avez vraiment pas facile ces temps-ci. Vous qui êtes encore bien ancrés dans notre monde, je voudrais ici vous rendre aussi hommage. Vous me précédez dans l’histoire. Vous avez bâti le Québec que j’habite avec fierté aujourd’hui. Le quinquagénaire que je suis est plus que reconnaissant de votre legs. Voilà pourquoi j’en appelle ici au respect à votre égard. Vous, les 70 ans et plus qu’on a tendance à montrer du doigt. Vous dont on se méfie un peu trop injustement, voire même un peu bêtement, dans la foulée de la crise sanitaire que nous traversons. Et bien moi je vous dit merci. Je vous lève mon chapeau. Aînés du Québec, je vous aime. 

Yvan Giguère
Saguenay

+

Un peuple de corvées

Les Québécois ont toujours été prêts à aider et j’ai souvenir de corvées pour construire une grange, monter le carré d’une maison détruite par le feu, certains fournissant matériaux, d’autres leur savoir-faire. Parfois des corvées suggérées par les prêtres du haut de leur chaire, le dimanche, afin de «rentrer le foin» par un été pluvieux, alors qu’une fenêtre de quelques jours ensoleillés se pointait. Tout le village se mettait à la tâche. Une corvée nous attend dans le système de santé. Soyons-y!

Richard Gagné
Sainte-Pétronille

+

Médecins spécialistes payés ou pas?

On parle beaucoup des médecins spécialistes et de leur refus très majoritaire de répondre à l’appel du premier ministre. Plusieurs spécialistes sont pourtant en arrêt de travail en raison du report des chirurgies et des traitements non urgents. Mais sont-ils en arrêt de rémunération? Probablement pour ceux qui sont rémunérés à l’acte. Mais qu’en est-il de ceux qui sont rémunérés à vacation (un per diem par «tour de garde») comme le sont pratiquement tous les anesthésistes et un grand nombre d’autres spécialistes? Les directions des hôpitaux ont-elles annulé ces «tours de garde» et conséquemment la rémunération ou ont-elles laissé intact les horaires de ces médecins leur assurant ainsi une paie hors du commun, à attendre des patients dont le traitement a été reporté? 

Sylvain Sauvé
Québec